démarche



Issue du domaine des arts de la scène et du design, Éva-Maude appuie sa recherche actuelle sur la manifestation de la vérité en photographie. Photographe impressionniste et passionnée du mouvement new-yorkais de la Photo-Secession du XIXème siècle, elle est grandement inspirée par l’histoire de l'Art, la philosophie, la géologie et la direction d’acteur.


Par son travail photographique, elle cherche à traduire une beauté éthérée et inconnue des sujets. Elle aime travailler la lumière naturelle et explorer les jeux de textures du rendu noir et blanc. Elle compose son journal visuel avec des paysages polymorphes, citadins ou ruraux principalement par l’utilisation de la pellicule 35mm ou moyen format. Les photos documentaires témoignent de sa curiosité constante pour la poésie du quotidien car sa recherche visuelle porte sur la création d’images où sensualité et force cohabitent.


Sa pratique de portraitiste s’engage dans une démarche intimiste avec chacun des artistes avec qui elle collabore car elle priorise la rencontre avec le sujet, le moment présent. L’humain dans sont environnement est la trame narrative de ses séries photographiques et son travail en cinéma et en télévision se résout en une approche documentaire d’un behind the scene d’archives romanesques.


bio


Originaire de Québec, Éva-Maude TC pratique le portrait d’artiste et la photographie de plateau depuis bientôt dix ans. Diplômée du collège de photographie Marsan, elle est représentée par la Galerie Subject Matter Art en 2013-2014. Elle est co-fondatrice du studio La Ruche Blanche de 2014 à 2017 et produit en amont diverses expositions personnelles. Elle a assuré la promotion photographique de divers films et séries québécoises en plus de collaborer régulièrement avec le magazine littéraire ZINC. Son travail de portraitiste l’amène à photographier plusieurs artistes de la scène ou de l'écran, des réalisateur/trices ainsi que plusieurs artistes visuels et du milieu littéraire.

Parallèlement à son travail promotionnel sensible, elle redécouvre l’histoire de son médium et se passionne maintenant pour la photographie analogue. C’est sa résidence au Centre de production en art actuel Les Ateliers de Maison-Mère de Baie-St-Paul en 2019 qui marque le point de départ de cette recherche visuelle sur le retour aux sources. Elle poursuit présentement des études en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal.